Le patron de Leboncoin propose un crédit d'impôt pour l'occasion

Le patron de Leboncoin propose un crédit d'impôt pour l'occasion


Un nouveau
spécialisation fiscale

renforcer l'économie circulaire? C’est l’idée d’Antoine Jouteau et d’Emery Jacquillat, respectivement dirigeants de Leboncoin et de Camif, deux équipes qui bénéficieront d’un tel dispositif.

Cela consisterait à accorder un crédit d’impôt de 15% aux acheteurs de biens d’occasion jusqu’à concurrence de 3 000 EUR par an (soit 20 000 EUR d’achats). Les véhicules seront exclus de l'appareil. Ceci s'applique aux nouveaux vêtements et meubles éco-conçus. C’est pourquoi Camif, qui commercialise sur Internet des meubles fabriqués en France, a rejoint le leader des petites annonces.

Déchets de chasse

Ce poste sera également intéressant pour les réparateurs agréés par les éco-organisations, avec le même type de crédit d’impôt de 15% sur les achats d’occasion, avant réparation et dans la limite de 3 000 € par an.

" La proposition a un triple profit, dit le patron de Camif. Augmente le pouvoir d'achat, préserve l'environnement et crée des emplois en France en aidant les réparateurs » Il s'inspire du crédit d'impôt pour la transition vers l'énergie. Ses débutants voudraient le mettre au travail "contre le gaspillage et pour une économie circulaire" porté par Brune Poirson, qui est en discussion au Parlement. " Cela donnerait une reconnaissance institutionnelle du marché des produits usagés "Dit Antoine Jouteau.

Soutien aux ONG

Antoine Jouteau et Emery Jacquillat n'ont pas encore soumis leur proposition aux élus. D'autre part, ils sont soutenus par le mouvement Mouves, la communauté des entreprises à vocation missionnaire et tout un groupe d'ONG de promotion du climat, de Fair Trade France à Oxfam en passant par Blue White Zebra.

D'un point de vue technique, la disposition ne s'appliquerait qu'aux produits visés à l'article 150 du code des impôts, à savoir les produits dont le produit des ventes ne doit pas nécessairement être déclaré dans ses revenus.

Reste à convaincre Bercy au milieu
à la recherche d'écarts fiscaux

. Les fondateurs du régime proposent de compenser le crédit d'impôt par une nouvelle taxe sur les plastiques non recyclés. Leboncoin génère 107 millions de transactions par an. " Le crédit d'impôt aiderareconnaît Antoine Jouteau, mais l'économie circulaire profite à l'ensemble de la communauté. "

Fermer le menu