Les faibles taux d'intérêt continuent d'alourdir les banques

Les faibles taux d'intérêt continuent d'alourdir les banques


Pour retrouver des niveaux de profit satisfaisants, les banques doivent revoir leurs modèles économiques plus rapidement, réduire les coûts et investir dans les nouvelles technologies, a déclaré Luis de Guindos (fichier) à Francfort.

source: KEYSTONE / EPA / STEPHANIE LECOCQ

Le secteur bancaire de la zone euro souffre de "faibles perspectives de rentabilité" qui sont exacerbées par le maintien de taux d'intérêt bas, a déclaré aujourd'hui le vice-président de la Banque centrale européenne, reflétant les raisons évoquées dans le secteur privé.

"Le ralentissement récent des perspectives de croissance macroéconomique et le contexte de taux d'intérêt relatifs demeurant bas pendant longtemps risquent d'affecter davantage les perspectives de rentabilité des banques", a déclaré Luis de Guindos lors d'une conférence mardi à Francfort.

La BCE a abaissé ses taux d'intérêt en septembre, y compris le taux d'intérêt appliqué aux réserves excédentaires des banques, à -0,50%, tout en offrant un certain niveau d'atténuation et en décidant de rouvrir le marché très disputé. Tous pour soutenir l'économie et encourager la distribution de crédit.

Les analystes "de marché s'inquiètent" du ralentissement de la rentabilité des établissements de crédit de la zone euro en raison de "l'impact négatif de la politique monétaire sur les taux d'intérêt nets", a déclaré M. Guindos, que les banques gagnent en plus de leurs coûts de refinancement.

Les banques européennes, en particulier allemandes, ont des taux de rendement inférieurs à ceux des banques américaines, ce qui explique leur désavantage étant donné que les taux sont plus élevés aux États-Unis et que le cadre réglementaire est moins restrictif.

Toutefois, pour trouver des niveaux de profit satisfaisants, les banques doivent également réviser leurs modèles commerciaux plus rapidement, réduire les coûts et investir dans les nouvelles technologies, a déclaré le banquier central.

En envoyant également le ballon à la Commission européenne, il a exhorté les politiciens européens à "supprimer les obstacles aux fusions et acquisitions transfrontalières" et à "poursuivre leurs activités bancaires".

Retour à l'accueil

Fermer le menu