NATIXIS la plus forte réduction de SBF 120, Kepler Cheuvreux rétrograde après les résultats

NATIXIS la plus forte réduction de SBF 120, Kepler Cheuvreux rétrograde après les résultats


(AOF) – La plus forte baisse du SBF 120, Natixis (-7,12% à 4,03 euros), est pesée par la dégradation de la recommandation de Kepler Cheuvreux par Keep afin d'alléger le lendemain de l'annonce des résultats du troisième trimestre. Ce dernier a dépassé les attentes, mais uniquement grâce aux frais de gestion de la performance, qui sont volatils. L'ensemble du secteur bancaire français est sous pression aujourd'hui, après un très bon mois le mois dernier grâce à la reprise des taux d'intérêt à long terme.

De juillet à septembre, Natixis a réalisé un bénéfice net de 16% à 415 millions d’euros, dépassant de 16% les prévisions. Hors éléments exceptionnels, il s’élève à 353 millions d’euros. Dans le même temps, le produit net bancaire a progressé de 6% à 2,28 milliards d’euros.

"Cette surperformance s'explique par un chiffre d'affaires supérieur de 4% aux prévisions, provenant principalement de la gestion d'actifs, et ne peut s'expliquer que par des commissions très performantes", explique UBS. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 192 millions d'euros contre 58 millions d'euros au troisième trimestre 2018, principalement grâce à H2O et à AEW, et le consensus s'est établi à 100 millions d'euros.

Au moment de cette publication, Natixis avait augmenté son objectif de ratio de fonds propres de 11% à 11,2%. À la fin de septembre, il s'élevait à 11,5%.

La banque a expliqué qu'elle privilégiait désormais le développement et le renforcement de l'expertise actuelle plutôt que des entreprises de développement externes. Le budget 2018-2020 consacré aux acquisitions potentielles est passé de 1 milliard de dollars à 0,8 milliard de dollars, dont 500 millions d'euros ont déjà été investis.

Cette décision doit être comparée au renforcement de la gouvernance et des contrôles chez Natixis IM (gestion d'actifs), à la suite du renversement de H2O en juin, dont le contrôle des risques était fortement contesté. À fin septembre, les actifs gérés de H2O s'élevaient à 28 milliards d'euros, contre 26 milliards d'euros fin juin, grâce au fort impact de ses marchés. Par conséquent, les fonctions risque et conformité seront distinctes de Natixis IM et de ses filiales.

Les engagements en matière de dividendes restent inchangés: taux de distribution minimum de 60% et distribution de l'excédent de capital.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Natixis – Ce qu'il faut retenir

– filiale bancaire des Banques Populaires-Caisses d'Epargne;

– Chiffre d'affaires net du groupe pour 9,62 milliards d'euros organisé en 4 lignes d'activité – Banque grand public (33% du chiffre d'affaires), épargne et gestion de patrimoine (36%), assurance (31%).

– Refinancement assuré principalement par la société mère BPCE et sécurisation de la production par le deuxième réseau de distribution français.

– Activité centrée sur l'Europe-Afrique-Moyen-Orient (67%) et l'Amérique (28%).

– Renforcer l'assurance par l'acquisition d'une participation minoritaire dans BPCE Insurance à la suite de l'accord de distribution passé avec CNP Insurance.

– Indice de fonds propres CET 1 de 10,8%, supérieur aux 8,4% requis par la BCE pour 2018 et au ROE proche de 12%.

– Le gouvernement avec l'arrivée de l'ancien directeur stratégique, François Riahi.

– Rendement élevé, garanti par un engagement de distribution de 74% du résultat, soit 0,78 € pour 2018.

Natixis – À surveiller

– De fortes sanctions sur le marché boursier au début de l'été à la suite de problèmes avec les fonds communs de placement H2O Asset Management, soulevant des doutes sur le modèle économique de Natixis Investment Managers lorsqu'il est prévu de contrôler la plateforme de gestion des taux d'intérêt communs de l'euro dans le cadre de la fusion postale BPCE-Banque.

– Sensibilité de l'activité de gestion d'actifs en euros / dollars US, 40% du bénéfice avant les projections exprimées en dollars;

– Les investisseurs s'inquiètent du risque de hausse des taux obligataires.

– Baisse de la rentabilité de la banque de consommation en raison de difficultés en Asie.

– Risque d'action collective pour les frais de gestion "cachés" des produits d'épargne.

– Plan stratégique pour une nouvelle dimension visant un ROTE compris entre 14 et 14,5% à l’horizon 2020 (note cible), afin de répartir le cash-flow disponible entre une croissance externe de 1 MdE et des actionnaires pour 3 milliards d’euros.

– Valeur inacceptable, BPCE (Banques Populaires d’Epargne) détenant 71% du capital.

Financement – Banques

Les transferts directs entre particuliers constituent un enjeu stratégique pour les banques. Cela devrait leur permettre de maintenir leurs relations avec leurs clients alors que les géants numériques américains poussent leurs pions dans les services financiers. Si Gafa pouvait intervenir entre les consommateurs et leurs banques au moment des transactions, le risque serait de perdre le contact quotidien avec leurs clients.

Les banques françaises de 2018 ont lancé aujourd'hui un service de transfert de fonds instantané via leur application mobile Paylib, créée en 2013 par un consortium de six institutions (BNP Paribas, Société Générale, La Banque Postale, Crédit Mutuel Arkea, Crédit Agricole et BPCE) . Toutes les grandes banques françaises devraient généraliser ce nouveau service en 2019.



Fermer le menu